Un nouveau savoir faire au sein du Groupe Open Modal


mars 18, 2019 10:45 Publié par  |   Classé dans :

Entreprise de fret ferroviaire : Ferrivia devient Open Rail

Fragilisée par les mouvements sociaux du printemps 2018, Ferrivia poursuit ses activités sous le nouveau nom d’Open Rail. La reprise de l’opérateur ferroviaire placé en redressement judiciaire a été menée par le Groupe Open Modal, en association avec le groupe Combronde et la société Sécurail. 

Déjà peu nombreuses, les entreprises ferroviaires françaises auraient pu perdre l’une des leurs, Ferrivia, sans l’intervention du Groupe Open Modal, en association avec le groupe Combronde et la société Sécurail. Ce sont ces trois partenaires qui assurent, depuis le 1er mars 2019, la poursuite d’exploitation de l’opérateur connu désormais sous le nouveau nom Open Rail.

Atteindre un taux de service d’au moins 98 %

« Il y a bien longtemps qu’on espère boucler la boucle en devenant, à notre tour, entreprise ferroviaire », se félicite Jean-Claude Brunier, président du groupe Open Modal (85 millions d’euros de chiffre d’affaires, 250 salariés). « Cela nous permet de contrôler désormais l’ensemble de la chaîne et de fournir, ainsi, un niveau de qualité irréprochable, égal à celui de la route. Nous ambitionnons, avec Open Rail, d’atteindre un taux de service d’au moins 98 % ».

Il allait aussi de soi que le groupe auvergnat Combronde (110 millions d’euros de CA, 800 salariés) fasse également partie du tour de table. Ce dernier était, en effet, le client principal de Ferrivia. Open Rail a donc pris le relais en assurant l’acheminement de conteneurs maritimes sur la relation Clermont-Ferrand – Loire-sur-Rhône – Fos-sur-Mer, à raison de trois fréquences par semaine. Le second client est Delta Rail, sur la liaison Chalon-sur-Saône – Loire-sur-Rhône – Fos-sur-Mer. Elle est assurée à raison de deux allers-retours par semaine.

Enfin, Sécurail se devait également d’être présente dans Open Rail, étant déjà actionnaire de Ferrivia. Surtout, c’est cette société qui portait à la fois la licence ferroviaire et le certificat de sécurité ferroviaire. C’était donc un gage de continuité de service sans aucune interruption au moment de la reprise de Ferrivia, laquelle a été validée par le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône.

Une fois atteint son régime de croisière, Open Rail pourrait générer un chiffre d’affaires de 7,4 millions d’euros dès 2020. Pour l’heure, son parc de locomotives Diesel et électrique comprend trois unités. Son effectif est d’une quinzaine de salariés.

Actu Transport et Logistique